Archives de
Étiquette : Startup

La solution d’hébergement web low-cost du moment !

La solution d’hébergement web low-cost du moment !

L’hébergement web, comme frein à l’apprentissage

Auteur d’une formation sur la création de sites internet avec WordPress, j’ai récemment constaté qu’une partie des étudiants qui suivaient la formation s’était arrêtée au début de celle-ci. En cause ? La non-envie d’investir entre 65 et 80€ par an dans l’hébergement et le nom de domaine.

À l’été 2016, j’ai lancé l’agence de communication Philtre.fr. L’objectif de cette agence est de proposer aux particuliers et entrepreneurs fauchés, des prestations à des tarifs très faibles. 💰

 

 

J’y propose donc plusieurs services, mais j’ai tout récemment lancé un service d’hébergement web low-cost ; l’idée est de proposer, notamment aux étudiants de ma formation, des hébergements et des noms de domaine à des prix extrêmement faibles.

hébergement web
L’hébergement web low-cost de Philtre.fr

Ainsi, si l’offre vous intéresse également, vous pouvez en bénéficier également sur la boutique en ligne de Philtre. Et pour fêter la nouvelle année, en utilisant le code « 2017 » à la commande, vous pourrez économiser 25% de votre panier ! Offre limité aux 100 premiers arrivants, et utilisable jusqu’au 31 janvier 2017. 😎

Ci-dessous, la marche à suivre :

Pour acheter un nom de domaine…

 

 

… et un hébergement !

 

 

Lancer son entreprise pendant ses études : la bonne idée ?

Lancer son entreprise pendant ses études : la bonne idée ?

Je préfère prévenir le lecteur arrivé ici par hasard : c’est mon cas. Je suis encore en plein milieu de mes études, et je lance actuellement mon entreprise. Mon point de vue sur la question n’est donc peut-être pas fondamentalement objectif. Mais le but de cet article n’est pas de comparer l’entrepreneur concrétisant son projet pendant ses études, et l’entrepreneur s’y consacrant après. Son seul objectif est de mettre au jour les avantages et les inconvénients qu’il y a dans le fait de concrétiser ses projets entrepreneuriaux pendant ses études.

femme entrepreneur étudiant

L’étudiant est libre : un avantage pour lancer son entreprise

L’étudiant est libre, et il l’est de deux façons. Tout d’abord, en tant qu’étudiants, notre seule obligation est d’assister à nos cours (et éventuellement, de les travailler). Notre rythme n’est en rien comparable à ce qu’un salarié vit en entreprise. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti durant mes différents stages en entreprise. Mon dernier stage en banque m’a notamment marqué. Même si je ne faisais que 35 heures hebdomadaires, j’ai pu constater que j’avais beaucoup moins de temps « à moi », c’est-à-dire du temps durant lequel je pouvais faire ce que bon me semblait : pas de temps le matin, peu de temps à midi, et le soir, mon cerveau était tellement épuisé par ce qu’il avait vu et appris durant la journée qu’il n’avait plus vraiment la force de cogiter normalement.

À l’inverse, mon rythme d’étudiant est moins speed (malgré le fait que j’ai presque 40 heures de cours par semaine). Peu de temps le matin, une bonne pause à midi, et à l’heure de la sortie, vers 18 h, mon cerveau est encore tout frais ! Résultat, j’ai toutes mes soirées pour cogiter librement sur mes différents projets. En plus de cela, je peux, si l’envie m’en prend (et elle arrive régulièrement), ne pas suivre un cours pour faire autre chose que je juge plus constructif ou intéressant à la place. Ça permet en fin de compte de pouvoir faire pas mal de choses dans une seule et même journée.

J’ai aussi la chance de faire partie des étudiants qui sont aussi libres financièrement : étant donné que je fais mes études supérieures à quelques minutes à vélo du foyer familial, je n’ai aucune taxe, ni frais ni charge à payer. Je suis donc libre au point de vue financier. Tout ce que je n’ai pas à investir dans différents frais que peuvent avoir d’autres personnes, je peux l’investir dans mes projets. En fin de compte, cela fait plus d’un an que je travaille sur mon projet d’entreprise ; j’ai pu y consacrer des heures afin d’étudier le business model, de trouver des partenaires, de réfléchir au futur, de chercher des investisseurs, de développer de nouvelles idées et fonctionnalités, de trouver des sous-traitants, etc. Et j’ai aussi eu la chance (?) de briser ma tirelire et d’utiliser entièrement son contenu dans mon projet. Ma tirelire n’ayant pas suffi, je fais désormais pleins de mini-projets qui me permettent de gagner trois francs six sous pour les réinjecter dans mon projet.

projet argent tirelire
Lancer un projet avec ses économies ? Jouable, mais difficile !

 

L’étudiant est jeune

Jeune aussi bien physiquement que mentalement. Cela ne signifie pas naïf ou immature, non. Cela peut très bien rimer avec énergie, audace et positive attitude ! Vous me répondrez très justement qu’une personne de 35 ans, voire même de 55 ans peut déborder d’énergie, d’audace et être positive minded. C’est évidemment vrai (voir le poème du général Mac Arthur ci-dessous), mais je suis persuadé que l’étudiant vit dans un environnement un peu particulier, car très stimulant à tous les points de vue. Et, selon moi, cela accentue les qualités et attitudes citées ci-dessus. Ce n’est absolument pas une règle applicable dans toutes les situations, mais je crois fermement que l’environnement étudiant est extrêmement stimulant et par conséquent facteurs d’énergie, d’audace et d’attitude positive.

 

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :
on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui,
lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande comme l’enfant insatiable : Et après ?
Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie.
Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,
puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

D’après le général Mac Arthur, 1945

Que serait-ce si je n’étais plus étudiant ?

Si j’étais Monsieur tout le monde ? J’aurais un travail qui me prendrait toute ma journée. En rentrant chez moi le soir, il me faudrait beaucoup plus de motivation pour m’atteler à mon projet. D’ailleurs, comme je pourrais y consacrer moins de temps quotidiennement, ce projet trainerait vraiment dans la longueur, au risque de me démotiver complètement. J’aurais un salaire, certes. Mais j’aurais aussi des charges et des frais à payer : de la maison à l’alimentation, en passant par le parking et par l’essence, je n’aurais surement plus grand-chose à investir dans mon projet. Au boulot, je serais très certainement entouré de personnes intéressées par ce qu’elles font, mais pas forcément ouvertes à l’entrepreneuriat et tout ce que cela entraine. Aurais-je des soutiens pour mon projet ?

Il est vrai que ce portrait est peut-être un petit peu pessimiste. Mais ça ne m’empêche pas de penser que rien ne devrait retenir un étudiant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

étudiant entrepreneur
Être étudiant, c’est vivre dans un écosystème bien particulier et très stimulant !

 

La meilleure période de la vie

Vous l’aurez compris : l’étudiant est, selon moi, dans la meilleure période de sa vie pour lancer (ou au moins tenter !) ses projets. Il est jeune, il est libre, il n’a personne à sa charge, il est plongé dans un environnement dynamique et, s’il a de la chance, il n’a pas de contrainte financière (outre son projet). Après, ma vision de mon propre moi en entreprise est peut-être très pessimiste, ce qui accentue et peut être même rends la situation étudiante plus intéressante qu’elle ne l’est réellement, mais je reste convaincu que tout étudiant avec une idée en tête devrait se lancer au plus tôt. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à avoir cette vision des choses : il n’y a qu’à voir les différents organismes dédiés à l’aide des étudiants lançant leur startup (comme le Moovjee, par exemple). De même, le statut d’étudiant-entrepreneur qui a été créé assez récemment montre bien qu’il y a une tendance qui va dans ce sens. À ce sujet, je lisais assez récemment que près de 10 % des créateurs d’entreprise en France avaient moins de 25 ans ; là encore, il y a de grandes chances pour qu’une bonne partie de ces 10 % soit encore étudiante !

Partagez-vous mon point de vue ?

12 bonnes raisons de vous lancer dans l’entrepreneuriat

12 bonnes raisons de vous lancer dans l’entrepreneuriat

Lorsque j’étais à l’école, je voulais devenir pilote de chasse ou boulanger. Lorsque j’étais au collège, je voulais devenir avocat ou pilote de ligne. Et lorsque j’étais au lycée, c’est dire exactement au moment où je devais prendre une décision quant à mon orientation future, je ne savais pas où aller. Je ne vais pas entrer (pas aujourd’hui ;)) dans le débat sur le système éducatif français, mais je crois que ma situation est assez courante : nous avons tous dans notre entourage de jeunes relations au lycée ou en études supérieures qui ne savent que faire. Quand j’étais au lycée, on nous proposait des forums de l’orientation et des forums des métiers pour nous présenter les différentes filières qui nous auraient permis de faire tel ou tel métier.

S’il y a bien un métier que l’on ne ma jamais présenté durant ces événements, c’est bien celui d’entrepreneur. Et pourtant ! N’est-ce pas l’un des plus beaux métiers du monde ? Il est, à mon sens, une réponse intéressante au « je ne sais pas quoi faire », car il ouvre toutes les portes. L’on peut-être entrepreneur dans des filières professionnelles très différentes : même des métiers qui auraient pu sembler « intouchable » par le phénomène entrepreneurial le sont par l’upérisation : regardez des métiers libéraux comme les avocats ! Ils sont eux aussi affectés par ce phénomène. Si vous n’êtes pas convaincu par l’aspect universel de l’entrepreneuriat, jetez un œil à ces 14 bonnes raisons de créer une startup dès aujourd’hui.

 

 

Être entrepreneur, c’est une passion pour la vie

Confucius (j’aime beaucoup ce philosophe) disait : « Choisit un métier qui te passionne et tu n’auras plus à travailler de ta vie ». S’il y a un point à retenir dans tous ceux mentionnés dans cet article, c’est bien celui-ci. J’ai fait mienne cette phrase de Confucius, et je vous assure que je compte bien ne jamais travailler de ma vie, car je considère que lorsque je fais quelque chose qui me passionne, je ne travaille pas vraiment. Ainsi, lorsque je lance, avec plus ou moins de succès, des projets, je n’ai pas le sentiment de travailler : on pense aux résultats futurs, on pense à ce que l’on va apporter à ceux qui bénéficieront de ce projet, on pense à tout ce que le projet nous apporte personnellement. Et on ôte de sa tête cette notion de travail. Alors, certes, lorsque je fais de l’administratif pour lancer mon entreprise, ça ne me passionne pas. Mais c’est pour un bien plus important. C’est essentiel pour que mon projet aboutisse. Donc, je le fais sans me poser de question !
Créer son entreprise revient donc à faire ce qui vous passionne et de façon libre. Si vous voulez arrêter demain, rien ne vous en empêche. C’est principalement le fait de vivre de quelque chose qui me passionne que je trouve absolument génial dans l’entrepreneuriat.

 

 

Un état d’esprit à acquérir 

Devenir un entrepreneur, c’est se procurer l’esprit entrepreneurial. Certes, ça ne vient pas du jour au lendemain, mais en créant votre entreprise vous acquerrez, je pense (et surtout je l’espère), cet état d’esprit merveilleux. Et vous n’aurez pas cet état d’esprit uniquement dans votre entreprise, mais aussi dans votre vie quotidienne. Et ça change la vie ! Mais qu’est ce que l’on entend par l’esprit entrepreneurial ? Selon moi, c’est cet état d’esprit qui conjugue « positive attitude » et gout du challenge. Je m’explique. La positive attitude consiste à, comme son nom l’indique, voir le côté positif de toute chose, partout, tout le temps. C’est à dire, par exemple, voir l’opportunité dans la difficulté. Et c’est d’ailleurs fortement lié au deuxième point qu’est le gout du challenge. Le gout du challenge consiste à se lancer des défis personnels régulièrement ; comme vous savez que c’est dans la difficulté qu’on apprend le plus, vous n’hésitez pas à vous mettre dans des situations délicates pour apprendre de ces situations. Lorsque j’apprenais à conduire, une chose me terrorisait au début : les démarrages en côte. Je me suis donc régulièrement donné des défis de passer et de démarrer dans le plus de côtes possible. Résultat, je maitrise désormais parfaitement mon véhicule dans les côtes importantes. Si je n’avais pas eu cette philosophie, j’aurais actuellement toujours la trouille de m’élancer dans de côtes abruptes. Ces deux éléments (composant ce que j’entends par « esprit entrepreneurial ») combinés peuvent faire des choses explosives, et littéralement changer votre façon de voir les choses !

Matériel startup Mac
Faites le pas, et lancez votre startup !

Créer des choses…

Je peux vous garantir que « faire des choses » est plus que gratifiant. C’est inqualifiable. Au point de vue purement égocentrique, lorsque vous aurez créé un produit ou un service et que vous pourrez alors le proposer à tous vos prospects, vous vous sentirez vraiment content et fier. N’est-ce pas extrêmement épanouissant de pouvoir proposer un produit ou un service qui va aider ne serait ce qu’une personne ?
Vous avez peut-être actuellement déjà des idées de produit/service un peu fou ? En tant qu’entrepreneur, vous pouvez développer votre idée, aussi folle soit-elle : personne ne vous en empêchera. Et, une fois de plus, c’est extrêmement gratifiant de pouvoir finaliser un produit/service sur lequel on a beaucoup travaillé !… à moindres frais…
Nous vivons dans une période formidable. Je ne sais pas s’il a été un jour dans l’Histoire plus facile d’entreprendre à moindres frais. C’est un fait : le développement des nouvelles technologies de l’information et la communication nous donne accès à un nombre incroyable d’outils, et notamment des outils gratuits. En terme de bureautique, les suites iWork d’Apple ou celle de Google sont accessibles gratuitement en ligne. Vous souhaitez créer un site web ? Il n’a jamais été plus facile d’en lancer un rapidement avec des CMS comme WordPress. Vous souhaitez développer votre propre application ? Faire un cahier des charges et le soumettre sur une plateforme comme codeur.com et comparer les différentes propositions pour avoir le meilleur rapport qualité/prix est simple. Vous avez besoin de certaines connaissances pour lancer un projet particulier ? Les ressources sont disponibles en quantités impressionnantes sur internet, de façon gratuite ou payante sur des plateformes comme Udemy. Vous souhaitez trouver un sous-traitant pour fabriquer votre produit ? Sachez qu’une offre mondiale est prête à vous produire votre produit, donc faites votre choix !
En fin de compte, lancer une entreprise ne nécessite plus forcément énormément de fonds, et c’est une superbe opportunité.… même pour les gros projets
Ce qui vient d’être dit dans le point précédent est d’autant plus vrai qu’aujourd’hui il n’est pas si difficile de trouver des fonds, à partir du moment, bien sûr, ou votre produit est intéressant. Des business angels seront toujours là pour soutenir des projets innovants (et qui pourront s’avérer rentable sur le moyen ou long terme). De même, les plateformes de crowdfunding aident vraiment lorsque l’on cherche quelques sous pour lancer un projet. Et je sais de quoi je parle, c’est le moyen qui m’a permis de lancer vraiment la construction de la plateforme web Opé-Ciné.

 

 

Des risques mineurs

Encore une conséquence du faible investissement nécessaire pour créer une entreprise : vous prenez moins de risque. Si vous bossez tous les soirs sur l’application que vous allez sortir, et que cette dernière fait un flop, vous aurez perdu quoi ? Du temps ? Même pas, car ce projet vous aura donné encore plus d’expérience dans le développement d’applications. Et vous aurez tant appris de cet échec ! Prenez le cas désormais d’un entrepreneur passionné lançant un produit industriel il y a quelques années : lancer un produit de ce type demande un investissement extrêmement conséquent. Et un échec de ce type peut vous endetter pour la vie. Relativisez donc votre dette de quelques centaines d’euros si vous avez payé une agence web pour vous faire un site internet à 5000 €, mais que celui-ci fait un flop !

 

 

Vous trouverez vos clients

Là encore : les nouvelles technologies permettent à n’importe qui de proposer son produit ou son service sur son site internet ou sur des marketplaces déjà établies très facilement. D’après Statista, il y avait plus de 3,1 milliards de personnes sur internet en 2015. Quoi que vous en pensiez, ça vous fait un marché conséquent pour vendre vos produits. Ce serait trop bête de passer à côté !

Nombre utilisateurs sur Internet en 2015
En 2015, nous étions plus de 3 milliards d’utilisateurs d’internet !

En ce qui concerne l’acquisition de clients, vous avez aujourd’hui accès à un très vaste panel d’outils vous permettant de faire du marketing de façon efficace : publicité en ligne, affiliation, places de marché, etc. Ces outils deviennent de plus en plus performants et de plus en plus nombreux.

 

 

Des revenus rapidement

Il est courant d’entendre, de lire et de voir que lancer son entreprise rime avec plusieurs années de disette financière. Sachez que cela dépend totalement de votre secteur, de votre produit et… de vous-même ! Prenez nombre de petites startups du numérique qui, en quelques mois, parfois quelques semaines, sont devenues extrêmement populaires et/ou rentables !

 

Un réseau et des amis

Créer son entreprise, c’est aussi un excellent moyen pour développer son réseau professionnel. L’entrepreneuriat, c’est un peu comme une famille (corrigez-moi si je me trompe ????). Tous ensemble face aux mêmes problèmes, aux mêmes difficultés. On se serre les coudes, on s’entre-aide. Vous me direz avec justesse que cela peut dépendre de votre milieu, de votre cœur de métier, de votre filière, mais aussi de votre environnement. Mais, en règle générale, un entrepreneur apprécie vraiment se retrouver face à un autre entrepreneur pour parler de tout et de rien, et notamment d’entrepreneuriat. Personnellement, c’est une expérience que j’apprécie énormément. C’est aussi agréable que stimulant d’échanger avec quelqu’un qui est (au moins à peu près) sur la même longueur d’onde que vous !

 

Opportunités

L’on pourrait penser que la révolution du numérique et ses opportunités sont passées. Mais c’est faux. Certes, une partie des opportunités sont passées, et si vous souhaitez lancer un réseau social pour connecter les gens entre eux, vous auriez mieux fait de lancer votre idée avant 2004. Vous seriez alors sûrement Facebook. Pas de bol, cette opportunité est passée. Mais il y en a tellement d’autres ! Regardez les marchés émergents comme l’Afrique : il y a beaucoup à faire là bas ! Regardez la baisse continuelle des prix des équipements informatiques : vous pouvez aujourd’hui vous créer des prototypes de vos produits sans dépenser des fortunes, car une puce GPS miniature ou un écran ne coute vraiment plus très cher ! Regardez le développement de la domotique et des objets connectés ! Regardez le développement des la sharing economy : ne me dites pas qu’il n’y a plus de place, plus d’opportunité. Le seul endroit où il n’y a peut-être plus d’opportunités, c’est peut-être tout simplement… dans votre tête ????

Créer startup
À vous le marché américain, et même mondial !

Plus sûr de sureté 

Dans la situation dans laquelle nous sommes (et ça ne devrait pas s’arranger, bien au contraire, dans les années à venir), l’entrepreneur pourrait presque devenir un métier plus sûr qu’un CDI traditionnel. Pourquoi ? L’entrepreneur est le chef. Il est maitre à bord. Il est flexible. Si des nuages noirs se profilent à l’horizon, il peut relativement facilement pousser la barre pour faire changer de direction son voilier afin d’éviter la tempête. À l’inverse, lorsqu’un énorme bateau voit les nuages noirs annonçant la tempête, s’il veut lui échapper, il se déleste pour devenir plus flexible. Et comment on se déleste ? En s’allégeant et en envoyant par-dessus bord tout ce qui n’est pas essentiel. Cela passe donc malheureusement par certains salariés. L’entrepreneur, en tant que chef de bord, sera le dernier à bord en cas de problème. Si le navire commence à couler, que tout le monde le quitte, mais que le capitaine reste pour tenter l’impossible afin de rétablir le bateau, il y a toujours une chance pour que ce dernier ne coule pas définitivement et qu’il puisse reprendre sa route !

Et si vous n’avez pas d’idée d’entreprise ?

Réfléchissez-y bien : dès que vous voyez quelqu’un s’énerver, c’est qu’il y a un problème. Une fois le problème identifier, il faut chercher une solution et voir si cette solution pourrait être monétisable. Si oui, vous avez votre idée !

Regardez aussi ce qui se fait à l’étranger : l’idée de ma première entreprise (Opé-Ciné) ne vient pas de moi : c’est un concept qui existe déjà aux États-Unis !

Et sinon ? Commencez à procrastinner pour mieux innover !

 

Et au pire…

Au pire ? Si ça rate ? Que perdrez-vous ? Vous perdrez certainement tout ce que vous aurez investi dans votre projet. Vous aurez peut-être quelques dettes. Cela risque aussi de vous atteindre émotionnellement et (je ne vous le souhaite pas) physiquement. Mais, vous aurez tellement appris de votre projet ET de votre échec ! C’est dommage qu’on ne puisse pas mesurer ce que nos différentes expériences dans la vie peuvent nous apporter. Je suis persuadé que les échecs sont ceux qui nous apportent le plus. Vous aurez aussi réussi à acquérir « l’esprit entrepreneurial », et ça n’a pas de valeur ! C’est d’ailleurs grâce à cet état d’esprit que vous vous relèverez (rapidement) pour partir vers de nouvelles aventures !
Entrepreneurs que pensez-vous de ces points ? Futurs entrepreneurs, êtes-vous convaincus que l’entrepreneuriat est une merveilleuse chose ?